Les ULM se sont invités à Sézanne (51), le week-end du 26-27avril 2008, pour la sélection du championnat de France ULM, qui se déroulera du 30 juin au 4 juillet  (sur l'ancienne base de l'OTAN de Chambley - Nancy)

60 pilotes, du grand- Est, se sont rendus sur le terrain d'aviation de Saint-Rémy-sous-Broyes, pour cette sélection.

 

Si l'objectif de ce rassemblement est de favoriser la rencontre entre pilotes et de créer des équipes (qui dans un futur proche, représenteront leur région au niveau national) ; le public est loin d'être exclu de la fête.

 

« Le fait de multiplier ces événements donne l'occasion à un grand nombre de gens de nous rencontrer, ouvrant notre activité vers un large public » .

Un rendez-vous qui n’est pas passer inaperçu : « compétiteurs et spectateurs se sont côtoyés sur la piste, pour échanger, découvrir, partager ...  et c'est très bien ».

 

Après les épreuves de la sélection (décollage, maniabilité et précision d’atterrissage) expliquées lors du briefing, par les commissaires de courses et les organisateurs de la FFPLUM (Fédération)

Place aux épreuves pour les compétiteurs !

Parmi eux, un équipage bi-place, de l’association strasbourgeoise ULM Découverte : Françoise et Dominique.

C’est en  réalisant toutes les épreuves avec succès, que l’équipage strasbourgeois a été sélectionné pour représenter le grand-Est au Championnat de France.

 

C'est magique, autant que magnifique !

 

Le paramoteur est à l'aviation ce que le VTT est aux véhicules terrestres !

C'est du moins ce que disent les pilotes de cet engin volant.

 

« Le paramoteur s'est considérablement développé dans les régions de plaine comme la nôtre. On peut voler ne serait-ce qu'une heure, après une journée de travail »,  « La compétition est un moyen efficace de développement et de promotion de notre activité. Depuis plus de vingt ans, des passionnés ont dépensé beaucoup d'énergie pour faire évoluer l'ULM. Notre mouvement, encore jeune, ne cesse de progresser », explique Dominique aux journalistes venus l’interviewé, intrigués par son paramoteur bi-place.

 

 

Pendant deux jours, le ciel sézannais s’est paré des milles couleurs des ailes de parapente à moteur.